Prague: la ville verte


Nature pure après 9 minutes en train de Smíchov direction Zličín… Photo GK

Pas forcément politique, même si j’apprécie que les pirates soient au pouvoir (quel paradoxe), mais en termes de qualité de vie, Prague est certainement l’une des villes les plus vertes que je connais. On ne le supposerait pas – le centre-ville de Prague est une zone densément bâtie, mais son diamètre est très limité.

Le “jardin des fleurs”, presque caché, à la colline de Petřín. Photo GK

Dès que vous franchissez la ceinture des anciens murs de la ville, vous le remarquez immédiatement – parcs, jardins, rues bordées d’arbres, quartiers de villas, colonies de jardins, et ce qui me fascine le plus, c’est ce que j’appelle des «paysages urbains indéfinis» – apparemment espaces verts spontanés, petits forêts et zones rurales entières, pas toujours à la périphérie.

Le quartier résidentiel au-dessus de la Ruská en mai. Photo GK

Cela s’inscrit essentiellement dans le schéma général de la topologie de Prague (physique et mentale): haut et bas, plat et raide, nouveau et ancien, beau et laid, impressionnant et ridicule, allemand et tchèque, si vous permettez ce recours dans le passé, etc. La logique ici c’est l’illogique, et cela peut avoir été l’une des raisons du génie souvent ignoré de la ville.

Mon chien Maxi au pré de chiens juste au coin˙à Vinohrady. Photo GK

Johannes Urzidil, l’un des écrivains oubliés de la cinquantaine de représentants du célèbre groupe d’écrivains allemands (principalement juifs) de Prague, commence l’introduction de son livre «Da geht Kafka» (sans traduction, 1965) par la question: «Quel agrégat de forces vitales créa cette atmosphère poétique et épanouie?» Dans ce contexte, il faut tenir compte du fait qu’autour de l’an 1900 les allemands ne représentaient qu’environ 10% de la population de Prague. Le génie tchèque du XIXe et du début du XXe siècle résidait plutôt dans la brillante renaissance de la langue tchèque, longtemps négligée et en fait indésirable par les extrémistes germanophones du gouvernement autrichien, dans le boom architectural innovateur de la 1ère République et dans la peinture. Visitez le Veletržní palác, la plus grande collection de la Galerie nationale, et laissez-vous surprendre par les chefs-d’œuvre inconnus.

Un centre culturel minuscule assez “rural” à Prague 5. Photo GK

Retournons à la ville verte: cet aspect contribue sans aucun doute à la singularité de la ville. Vous marchez dans une rue moche et bruyante, tournez un coin et vous vous sentez soudain transporté dans un environnement presque féerique. Je n’exagère pas, cela m’est arrivé plusieurs fois (“… not in Kansas anymore …”).

Le jardin botanique de Malešice. Le 3ème à Prague… Photos GK

Prendre un bus, aller à Malešice, marcher 10 minutes de la bruyante route à quatre voies – le terrain de l’école de police derrière vous, la centrale thermique locale derrière les arbres – jusqu’à ce que vous arriviez à une ancienne entrée de jardin baroque. De là, vous flotterez presque dans le jardin botanique de l’école Jarov d’architecture de paysage, qui est situé sur une pente raide au-dessus de la source du ruisseau Rokytka. Il s’agit de l’ancien jardin et de la villa d’Antonín Jirásko, fabricant de mobilier de bureau et millionnaire.

Jelení příkop, le fossé des cerfs, juste derrière le château, au moment fermé par le président de la république pour des “raisons de sécurité”…

Prenez le petit train depuis la gare de Smíchov et après un trajet de 9 minutes jusqu’à Holyně, vous vous sentirez loin de la ville.

L’ancien étang à poissons à l’est de la Kajetánka. On peut continuer dans cette illusion jusqu’à ce qu’on arrive à l’affreuse plaque-tournante de Malovanka. Photo GK

Accompagnez-moi lors de ma visite «De village en village» de Staré Střešovice à travers une forêt à l’architecture fonctionnaliste du début des années 20, de retour au village et au boulevard très fréquenté Patočkova – pas avant de vous étonner devant un ancien étang à poissons, entouré d’un vert apparemment intact.

Ma photo préférée de Břevnov. Photo GK

Marchez depuis Veleslavín, un village assez vert, à travers une bande de forêt jusqu’aux résidences ultramodernes de Hvězda et entrez dans les jardins paisibles du monastère de Břevnov derrière l’ancien moulin à vent.

Je pourrais énumérer de nombreux autres exemples.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s